La place de l'enfant dans la poésie kabyle d'aujourd'hui

 

 

Poésie et chant kabyles dédiés aux enfants … l'enfance trahie!

 

 

 

L'enfant a toujours été au centre des préoccupations parentales dans la société kabyle d'antan. Combien de pères se sont sacrifiés pour le bien être de leurs enfants, combien de mamans ont résisté à la misère, aux sévices de tous genres, ayant assumé de lourdes responsabilités en l'absence d'un père rien que pour voir leurs progénitures grandir et s'épanouir ? Qui de nous n'entend pas de temps à autre cette espèce d'hymne venant d'un passé lointain et qui nous fait vivre d'agréables moments qu'est le chant d'une mère ou d'une grand-mère ?

Nos mères nous ont souvent endormis à l'aide de contes, de chants appris de leurs aînées. La chanson consacrée aux enfants a toujours existé dans notre société jusqu'un passé très récent, cependant celle-ci connaît un déclin de nos jours ; c'est un constat partagé par  chacun de nous dans un monde tournée vers la télévision, l'Internet et d'autres préoccupations s'éloignant petit à petit de nos valeurs ancestrales fondées sur la transmission orale et la réunion familiale nocturne autours d'un kanoun ; ce ciment qui a permis à notre civilisation de survivre à toutes les formes d'agressions et de conquêtes.

Aujourd'hui, nous constatons que la chanson dédié à l'enfance tend à disparaître de notre vécu quotidien, rares sont les mamans connaissant au moins un petit bout de chant lui permettant d'aduler son bébé ou son enfant ayant perdu sommeil.

Aujourd'hui aussi, même nos enfants, à défaut des chansons correspondant à leur âge, ils apprennent des chansons dédiées aux adultes!

N'est-ce pas la faute aux auteurs et compositeurs kabyles de l'heure qui, à force de se consacrer exclusivement à la chanson destinée à la consommation des adultes, altèrent l'épanouissement naturel de nos enfants ?

Tant de questions posées qui attendent des réponses de chacun de nous notamment de nos créateurs qui se déclarant dévoués aux questions liées à l'enfance, adhérents à toute initiative tournée vers l'enfance en détresse sans qu'ils prennent conscience de celle de leurs propres enfants .

Je crois pouvoir dire que tous nos enfants vivent une carence culturelle même s'ils accèdent relativement à un certain confort matériel.

Aujourd'hui, nos créateurs poètes et chanteurs compris endossent une lourde responsabilité morale, éducative et culturelle vis-à-vis  de nos enfants par des contributions concrètes en quantité et en qualité sur des thèmes savamment conçus à cette importante catégorie de notre société. Si l'enfant d'aujourd'hui ne vit pas pleinement son enfance, quel sort réservons-nous à  l'homme de demain ?

Un débat sur la question est plus que nécessaire voir même urgent, que nos artistes et créateurs réservent des espaces aux enfants chacun dans son domaine est à même de palier au fait accompli imposé aux enfants par l'égoïsme des adultes au nom de la modernité et de l'émancipation.

Nos consciences sont appelées et interpellées à réagir avant qu'il ne soit trop tard. Alors, je lance un appel pressant à tous nos poètes, chanteurs, écrivains, femmes et hommes de théâtre et de cinéma de donner un peu de sourire à nos enfants, eux qui feront l'Algérie de demain.  

 

 



05/04/2009
3 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres