- Poémes de Said. Mechat

 

Poèmes de Said.MECHAT

 

Traduction du poème Assirem dédié

à

tous nos parents

 

 

Parents que nous vénérons

d'amour pur et viscéral

tenez-nous compagnie

à travers ces sentiers sinueux,

semés d'embûches et d'incertitudes.

Laissez-nous regarder loin,

pour mieux gérer l'avenir.

Nous craignons les surprises

émanant de ce monde virtuel,

à défaut d'atteindre nos cibles,

nous risquons de fragiliser

cette union sacrée,

qui nous a permis durant des lustres

d'être forts et respectés.

 

Certes, aucune école ne vous a ouvert ses portes,

pour glaner un tant soit peu

du savoir des autres.

Mais, disons que votre érudition,

celle-là même, que vous ont légué

vos parents et arrières grands parents,

représente à elle seule, une illustration

aussi fructueuse que ce savoir acquis

entre les murs d'une salle de cours.

 

Faites-nous donc don,

de ce trésor inestimable,

et de cette longue expérience.

N'est-ce pas là une opportunité

qui permettra de perpétuer

votre savoir faire?

Il est en nous, ayez la certitude.

Il demeurera indélébile,

et contribuera sans doute à fertiliser

les esprits des générations montantes.

 

Parents, avant que vous ne partiez,

songez à nous léguer de votre amour,

du savoir faire, de votre courage,

faites-nous don de vos pensées,

de vos visions et de votre sagesse.

N'hésitez pas à nous montrer

ce chemin sans impasse,

qui nous délivrera des ténèbres

et nous guidera vers la lumière.

 

De ce trésor ancestral,

nous dessinerons l'avenir

d'où jailliront des bourgeons

qui donneront naissance

à des grappes nourricières.

De ce fait,

nous répartirons les richesses

et panserons nos plaies.

Apprenez-nous à nous aimer,

à haire la haine et le mépris.

Ainsi, vous deviendrez immortels,

omniprésents dans nos esprits.

 

Parents,

clamez fort et dites-le nous

pour qu'oreille l'entende.

Déliez la langue,

pour protéger l'innocence.

Faites profiter l'inculte

pour mettre un terme à l'ignorance.

Nous craignons la fuite imminente

du savoir et de la clarté.

Le silence étant la source de nos maux,

rejaillira de nouveau

et, à défaut de la ruine,

il nous conduira droit vers l'abîme,

ou l'orphelinat.

 

Parents,

faites en sorte à ne pas laisser

les espoirs s'éteindre entre les paupières

et les rêves s'évanouir

dans les ténèbres de la nuit.

Ouvrez  grandes vos portes,

allumez vos lanternes

pour que tous nos enfants

puissent voir clair

et en tirer profit.

 

Aidez-les à s'en sortir,

à se délivrer des visions obscures.

Vous saviez aussi bien que les autres,

que sous l'étreinte du temps,

les puissances flétrissent

et la force physique dépérit

après tant d'années d'effort.

Les beautés se fanent

et la vieillesse pesante vous colle

Non sur vos têtes,

mais ,sur vos épaules.

 

 

Poème traduit par Mr  H. BOULAHRIK , journaliste et auteur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



05/12/2008
18 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres