- Kaci Sadi anime une conférence sur la poésie kabyle.

Sadi Kaci en conférence au centre culturel d'At Leqsar

 

Tamurt tehwaj arrawis...

 

La scène culturelle s'anime ces derniers temps au niveau de la commune d'At Leqsar avec l'organisation de plusieurs festivités culturelles et artistiques à l'occasion de la journée du savoir (16 avril) et le printemps berbère coïncidant avec le 20 avril de chaque année.

 

La journée du 16 avril 2009 a  connu un événement grandiose avec l'entrée en lice du grand poète et linguistique Kaci Sadi qui a animé une conférence sur la poésie au niveau du centre culturel du chef lieu de la commune d'At Leqsar en présence des autorités locales et d'un public initié à la chose poétique et beaucoup  d'amoureux  du verbe.

 

Devant un public constitué de personnes de divers horizons et de tous les âges, Kaci Sadi a étalé tout son talent de grand narrateur et poète qui fait une rétrospective de l'histoire de la poésie kabyle de manière générale et celle de la région d'At Leqsar en particulier.

Ce jour là, le public eu à connaître et découvrir combien la région d'At Leqsar est grande avec ses propres enfants, et a eu à le vérifier en la circonstance, la richesse de cette contrée de la Kabylie du sud du Djurdjura en tous les arts notamment en poésie.

 

Sadi Kaci, de par sa connaissance parfaite de la chose poétique, de sa polyvalence culturelle et artistique, son sens aigu de l'observation n'a pas laissé indifférent le public présent qui l'applaudit chaleureusement à chaque passage ou développement d'un thème sans pour autant sortir de son sujet.

 

Malgré son jeune âge,  Kaci Sadi a gagné en maturité et a su captiver et hypnotisé le public présent grâce à une force de caractère avérée, une sérénité et un calme connus des hommes sages et expérimentés et aussi grâce  à sa maîtrise des expressions locales dont il tire toute la splendeur de son verbe.

 

La présence de poètes, peintres et artistes de la région venus pour la circonstance et beaucoup de personnes activant sur la scène culturelle a donné lieu à un débat de grande qualité laissant entrevoir des jours radieux pour l'avenir de la région en matière de la poésie.

 

Il y a lieu de rappeler que cette conférence coïncide avec la publication du premier recueil de poèmes de Kaci Sadi intitulé IMENGAR  regroupant quinze textes poétiques de grande valeur littéraire, lequel a été présenté en primauté au public de la région avant sa mise en vente dans les librairies.

 

Tout au long de la conférence, le public très attentif a demandé au poète la lecture de quelques poèmes contenus dans son nouvel ouvrage, celui-ci s'exécuta avec l'art et la manière avec un tonnerre d'applaudissements à chaque fois que le poète change de thème.

A juste titre, l'ouvrage de Kaci Sadi traite tous les sujets d'actualité, beaucoup de nostalgie pour le bon vieux temps, le bon sens et la sagesse de nos aïeux, le combat de la femme pour son émancipation, et d'autres sujets non moins importants comme la technologie, la liberté d'expression, le droit à la différence. Ce sont tous des sujets  conçus et bien ficelés autours de l'homme et la femme, de la société tournée vers le progrès avec une empreinte de l'authenticité et d'appartenance à nos valeurs ancestrales.

 

Dans sa poésie, kaci a utilisé une panoplie d'outils techniques et linguistiques pour produire une poésie raffinée qui en même temps tire sa beauté des éxpressions du terroir.

 

Durant sa production, l'auteur d'IMENGAR  n'a pas omis de parler de la chanson kabyle et de l'art de manière générale ; concernant la première il déclare être déçu par se qui se fait actuellement dans la région ; lui qui est connu pour être exigeant, a exhorté les chanteurs à redoubler d'efforts pour élever le niveau de leurs œuvres, car dit-il au passage, la chanson kabyle est entrain de vivre une crise de moralité sans précédent.

Selon lui, l'artiste n'est artiste que lorsque il joint une production de valeur à une personnalité irréprochable ;sans cette condition, l'art est dénaturé et laisse place à de l'improvisation voir même à de l'aventurisme voué à l'échec au bout du compte car n'étant pas bâti sur des bases solides. Kaci ajoute en la substance que nous avons besoin de la chanson de fêtes, mais celle-ci ne saurait constituer notre plat de l'année hiver comme d'été.

 

Un débat très fructueux s'en suivi, des interventions de l'assistance ont ajouté,  tant par leur qualité que par leur pertinence, beaucoup de richesse aux thèmes développés par Kaci Sadi.

La conférence de Kaci Sadi a tenu toutes ses promesses, elle qui a duré trois heures et demie et a permis au public présent de sortir très satisfait de cette première rencontre du genre lui qui n'est pas habitué à ce genre de manifestations par le passé.

 

De l'avis de tous ceux que j'ai approchés, cette conférence est une réussite totale, beaucoup d'entre eux ont exprimé le vœu de voir ce genre d'initiatives se multiplier à l'avenir ; ils sont unanimes à dire que la région regorge de talents et de doués tous arts confondus pour peu qu'ils soient exploités à bon escient.

 

A l'issue, une vente dédicace symbolique est organisée où le poète s'est livré aux signatures d'autographes pour tous ses admirateurs parmi lesquels on compte même des enfants, un fait révélateur de la soif de notre jeunesse à sa culture et son attachement à ses valeurs ancestrales.

 

Le public demanda à Kaci de revenir conférer une autre fois ce qu'il accepta avec un grand sourire de gratitude et de joie d'être adopté et honoré par les siens.

 

Kaci yennayaghd...ar tufat,

nekwni nennayas... mazal lxir ar zdat.

                                                                                         M.S

 

 

Billet posté par Hamouche Debakhe

 

 

Imengar de Kaci Sadi

 

Qui l'aurait cru ? Écrire de la poésie en langue amazighe et en publier un livre est à vrai dire une vue de l'esprit pour les jeunes de notre contrée, vu que notre milieu qui croupit encore dans une stupide pérennité de la vie matérielle. Cette percée de KACI  SADI est à mon avis le prodrome de la rupture de notre landerneau culturel. J'admets aussi qu'il vient d'apporter son contingent à l'immortalisation d'une œuvre commune qu'est la culture Amazighe voire le renforcement des piliers de la littérature AMAZIGHE ; un premier pas à suivre par nos jeunes pour se détacher de cette obstination dans des affaires pamphlétaires et folliculaires. Il est temps  pour eux de faire des efforts afin d'atteindre l'optimum d'un idéalisme intransigeant pour ne pas perdre le fil de nôtre personnalité identitaire. « Imengar » est donc l'intitulé   d'un recueil de poèmes dont l'auteur « Kaci Sadi » interpelle par la force du verbe l'amour, la démocratie, la liberté et juge aussi des contingences de nôtre société de par les temps qui courent.  

 

 Hamouche Debakhe

 

 

 



17/04/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres