- Analyse d'un texte poétique

 

 

Comment étudier un poème

 

 

 

Tout d'abord, il y a lieu de définir ce que c'est qu'un poème, mais sachez bien que la définition exacte d'un poème est difficile à cerner car chacun lui donne sa propre signification.

 

 

Différentes définitions d'un poème :

 

 1-Définition grecque : D'après ARISTOTE, un poème est l'action de créer. La création littéraire pour lu,i n'est pas de prendre pour matière le réel et l'historique mais l'imaginaire.

 

2- Définition du petit LAROUSSE : Un poème est l'art d'évoquer les sensations, les impressions, les harmonies des mots et des phrases, les images ; c'est un texte en vers généralement court.

3- Définition de Michel COSEM : la poésie est découverte du monde, découverte de soi, des autres. Elle contribue à l'exploration du réel et l'imaginaire. Elle permet d'avoir sur le réel, un pouvoir de transformation, de modification, de prospection et de création, tout autant que sur l'imaginaire qui est de ce fait, profondément rattaché à la réalité. 

4- Définition amazighe :tamedyazt ttutlayt i chebhen tutlayin.

 

 

 win yevghan ad yissin tutlayt, yissin tamedyazt is. 

 

On dit que la poésie fait aimer la langue qui la parle

 

Les différents types de poèmes :

 

On distingue deux types de poèmes :

 

1-     le poème en vers dont l'architecture est formée de strophes.

2-     Le poème en prose est un texte poétique formé en paragraphes.

 

 

Le vers :

 

 

Un  vers  est constitué de syllabes (mètres), c'est le nombre de syllabes constituant un vers qui détermine son appellation.

 

  

Le mètre :

 

Le mètre est le nombre de syllabes  contenues dans un vers.

 

Exemple :

 

-         Vers à  six syllabes : hexasyllabe.

-         Vers à huit syllabes : Octosyllabe.

-         Vers à dix syllabes : décasyllabe.

-         Vers à douze syllabes : alexandrin.

 

Dans la langue française chaque type de vers a un nom en fonction de sa métrique  (nombre de syllabes).

 

  

La structure d'un texte poétique :

 

 

J'ai mentionné en haut qu'un ensemble de vers est dit : strophe ou stance, mais c'est la strophe qui est souvent utilisée par les poètes.

 

Exemple :

 

-         Un poème de deux vers est une strophe appelée : distique.

-         Un poème de trois vers est une strophe appelée : tercet.

-         Un poème de quatre vers est une strophe appelée : quatrain.

-         Un poème de cinq vers est une strophe appelée : quintil.

-         Un poème de six vers est une strophe appelée : sixain.

-         Un poème de sept vers est une strophe appelée : septain.

-         Un poème de huit vers est une strophe appelée : huitain.

-         Un poème de dix vers est une strophe appelée : dizain.

-         Un poème de douze vers est une strophe appelée : douzain.

 

Pour illustrer les différents types de strophes, je donne des exemples de poèmes kabyles publiés sur le site.

 

  

 

Les strophes utilisées par Saïd  Ouali  dans son poème sont des quitils car constituées de cinq vers chacune.

 

 

anidak alεi mesba                       yecnan ezin u γebba

abri-ik zeddig sseh                    teṭṭfe nnif leqa

γas akken tewe nne                   mi twala agraw yexer

waṭṭan mi di serre                     γer temzik a s yessexer

win yewten gek lasma                 yella rebbi ak yaγ ṭṣar

 

 

 

·        Les strophes utilisées dans le  poème d' Ali Menas  sont des huitains car constituées de huit vers :

 

 

I nek yellan am lvaz,

Ets âssagh tent seg genwan.

Nek yidsent nets mberraz,

Tetsegh tid id i yihwan.

Tagara aghligh ghef tummaz,

Ur arwigh ur errigh laz,

Arrights i lwaâd bwekmaz

Asmi deghligh ger yesghan.

 

 

      

 

La rime :

 

 

La rime est le retour  à la fin de chaque vers ou plusieurs vers de même consonance du mot final.

 

Les différents types de rimes sont :

 

-         Rimes plates.

-         Rimes croisées.

-         Rimes embrassées.

-         Rimes libres.

 

Exemples :

 

-Rimes plates : est celles qui sont couplées deux à deux.

 

Deux vers avec une rime et deux vers avec une autre rime. (AA, BB)

 

Elles sont peu utilisées en kabyle, c'est-à-dire que deux vers ont la même rime et suivent deux autres avec une autre même rime.

 

……………………………………………. rimeA

……………………………………………..rimeA

……………………………………………..rimeB

……………………………………………..rimeB

 

  

-Rimes croisées : sont celles qui sont alternées.

 

Un vers avec une rime et un autre avec une autre rime. (AB, AB)

 

 

ufiγ amusnaw yewhem,

yennayid sfehmiyi.

hedderγas yugi ayifhem,

la yid yeqqar fehmiyi.

arjiγt ayid essefhem,

 

 

 

- Rimes embrassées : sont celles utilisées dans une suite d'une rime suivie de deux autres différentes et la quatrième revient à l a même rime du premier vers. (A, BB, A)

 

mid yeneq yeswehmiyi.

neḍḥad tagara newhem,

yiwen yessusem,

waye yenna sfehmiyi.

 

 

 

La rime libre :

 

La rime est dite libre lorsque l'ordre des rimes n'est pas respecté.

 

 

Dans la chanson kabyle, on utilise une strophe d'entrée appelée refrain et des strophes alternées par le refrain appelées couplets.

 

Remarque : chaque poète, selon sa conception de la poésie, utilise les genres de strophes tout comme les rimes  indiquées ci-dessus selon sa convenance.

 

Dans la poésie kabyle, on constate une certaine homogénéité dans la structure poétique que ce soit en strophes ou en rimes.

 

Quelques exceptions sont à noter :

 

On peut rencontrer un poème de huit vers par strophe dont la rime et faite de la manière suivante :

 

AB,  AB, AAAB comme c'est le cas du poème de Ali menas.

 

Récapitulation :

 

Voici les rimes les plus connues en poésie kabyle :

 

AA qui revient dans tous les vers (rime unique ou pauvre)

AB,AB  

AB,BA 

AB,AB,AAAB

AAAB

AB,AB,C

Dans le dernier cas,on remarque que le dernier vers possède une rime unique non revenue dans les autres vers.

 

 

Allitération et assonance :

 

Il y a allitération quand il y a répétition d'un même son de  consonne dans un vers.

Exemple :

Yella yiwen yella dawhid ( yel)

 

Il y a assonance quand il y a répétition d'un même son de voyelle dans un vers.

Exemple :

 

iniyi, fehmiyi, (iyi)

 

 

La métaphore :

 

Une métaphore est une analogie utilisée pour faire un rapprochement entre deux mots, deux idées pour créer une réalité nouvelle .La métaphore n'utilise aucun mot de comparaison entre le comparant et le comparé.

Exemple :

 

Ali Menas dit au début de son poème : « i nek yellan am lvaz » là c'est une comparaison et non une métaphore. L poète se compare à l'aigle royal de Kabylie qui chasse ses proies du ciel.

Un autre poète dit : «  ur tufid id yilsan ,      seg kwerruch id gigh asghar » là c'est une métaphore. Le poète veut dire qu'il n'a pas la peau  épaisse    (iqchar)  comme l'écorce du chêne liège. Dans un autre chapitre, on utilise la personnification, lorsque on fait d'un objet inanimé un être vivant. Exemple : a tdyant ydran yidi     ehkight i wedrar yenhedd; par cette expression, le poète veut faire de la montagne  inerte un être vivant  ressentant la douleur du poète. L'allégorie par contre est utilisée pour faire une représentation d'une idée abstraite sous forme d'une idée concrète. Exemple : «  iruh di tergit nezman » Le poète considère que le temps a un rêve comme les êtres humains ; c'est une image abstraite utilisée par le poète pour créer une image animée. L' oxymore est le rapprochement dans une même expression de deux mots de sens opposés. Exemple : « tevrek, temlel  ou  win yevghan yuzur yirqiq »

 

 

Beaucoup d'images et d'outils sont utilisés dans la poésie, je ne peux les résumer. Seul la recherche pourrait aider chacun à tout savoir sur cet océan très vaste.

 

Attention, cet article parle de la poésie française, à laquelle j'ai fait quelques rapprochements à la poésie kabyle. Mais je pense que beaucoup de similitudes existent entre les deux poésies, sauf que la langue et la grammaire diffèrent.

 

 M.S

 



14/03/2009
2 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres